Biomasse Normandie : association au carrefour de la valorisation énergétique et agronomique de la biomasse

Vous êtes ici :

Digestat

Après la méthanisation, la fraction résiduelle est appelée digestat. La composition de ce dernier est extrêmement liée à la composition du mélange entrant et à la technologie mise en œuvre. Il est donc difficile d'établir une moyenne. Une étude a cependant été réalisée sur la qualité des digestats par RITTMO Agroenvironnement, Uteam, FIBL, INERIS, LDAR pour le compte de l'ADEME.

Le digestat peut :

  • être valorisé en agriculture à l'état brut dans le cadre d'un plan d'épandage. Les doses à apporter sont alors fonction du type de culture et des besoins du sol. Il faut également prendre en compte les restrictions réglementaires liées à la gestion des pollutions d'origine agricole et les périodes d'interdiction d'épandage. Selon la consistance du digestat, le matériel utilisé est variable. Pour les digestats disposant d'une siccité inférieure à 15 %, la tonne à lisier est recommandée, alors que pour les digestats pâteux et solides (siccité > 15 % MS), l'épandeur à fumier est préconisé ;
  • subir des traitements complémentaires (schéma ci-dessous) entraînant une modification de sa composition afin de :

- répondre à une norme rendue d'application obligatoire ;

- répondre à des contraintes techniques, économiques et réglementaires : limitation de la quantité d'azote, réduction des volumes d'eau à transporter, affinage ...

Les traitements mis en œuvre ont ainsi pour objectif :

  • de renforcer la maturation et l'hygiénisation du digestat : on retrouve dans cette catégorie le compostage ; 
  • de déshydrater le digestat par l'intermédiaire de procédés permettant une séparation des phases liquide et solide ;
  • d'enrichir le digestat en éléments minéraux afin de répondre à des normes engrais telle que la NFU 42-001 ou de répondre à des contraintes d'acidité des sols par l'intermédiaire d'un chaulage (apport de CaO) ; 
  • d'appauvrir le digestat en éléments minéraux notamment azotés afin de respecter les seuils d'apport fixés par la réglementation (nitrification/dénitrification, stripping, osmose inverse...).

Voies de valorisation courantes du digestat
 

Deux principaux programmes sont en cours afin de caractériser les digestats et d'étudier les voies de valorisation les plus adaptées :

> Le programme VALDIPRO

Ce programme financé par le CASDAR et animé par AILE, TRAME et la Chambre d'Agriculture de Bretagne se déroule sur trois ans (2012 à 2014) et se concentre sur les procédures administratives de mise en marché des digestats. Il se décompose en cinq actions :

  • caractérisation des produits à homologuer, notamment au travers d'une mission réalisée par RITTMO ;
  • création d'outils méthodologiques pour accompagner les agriculteurs méthaniseurs vers la mise en marché de leur digestat ;
  • analyser, capitaliser et évaluer les procédures de mise sur le marché des digestats agricoles, notamment en vue de poursuivre le projet de normalisation ;
  • communication et publication d'un guide méthodologique de mise sur le marché des digestats agricoles ;
  • relations avec les instances de mise sur le marché et coordination du programme.
 
> Le programme DIVA 

Le projet DIVA est un programme de l'Agence nationale de recherche avec de multiples partenaires ayant pour objectif de caractériser la composition des digestats des différentes filières de méthanisation françaises et d'étudier les possibilités de valorisation de ces digestats en agriculture.

 

 

 

 


Autres liens utiles

Copyright Adlec Conseil, création du site web et marqueur statistiques

© adlec.com

Crédit partenaires financeurs

Site financé avec l'aide de

Moteur de recherche

Animations graphiques